L’UE débloque 13 milliards FCFA en faveur des communes

Les trois conventions de financement signées le 13 novembre 2018 en faveur du PRODESV, rentrent en droite ligne de la politique de décentralisation prônée par le Chef de l’Etat, qui fait des collectivités territoriales décentralisées le socle du développement inclusif et durable.

Le Programme de Développement Economique et Social des Villes secondaires exposées à des facteurs d’instabilité, en abrégé PRODESV, est le nouveau dispositif pour lequel, l’Union européenne a débloqué plus de 13 milliards de FCFA. Trois conventions ont été signées le 13 novembre 2018 pour rendre ce Programme exécutoire. D’abord, la signature de la convention de délégation entre l’Union européenne et la Banque allemande de développement (KFW). Ensuite, il y a eu la signature du contrat de financement entre le Minepat et la KFW. Enfin, la signature de convention séparée entre le Minepat, le FEICOM et la KFW.

Le PRODESV qui s’inscrit dans le Programme indicatif national du 11ème Fonds européen de développement en faveur du Cameroun, est élaboré par le FEICOM avec l’appui de la KFW. Il va accompagner, jusqu’en 2024, le développement de 15 communes des régions de l’Adamaoua (Djihong, Meiganga et Ngaoui), de l’Est (Kentzou, Kette, Bétaré-Oya et Garoua-Boulaï), de l’Extrême-Nord (Mogodé, Mozogo et Kai-Kai), du Nord (Baschéo, Madingring et Touboro) et du Sud (Campo et Mintom). Ces localités situées en zones frontalières avec le Nigeria, le Tchad, la République Centrafricaine, la République du Congo et la Guinée Equatoriale, souffrent d’un certain nombre de difficultés liées notamment à la pression inhérente à l’accueil massif de réfugiés et de déplacées internes.

Il sera précisément question de relever leurs capacités à faire face aux crises, à accueillir de nouveaux arrivants et à promouvoir le développement socio-économique communal inclusif dans le respect de l’environnement. Ceci, par la construction d’infrastructures publiques, la création des emplois et des opportunités entrepreneuriales, la formation professionnelle, ainsi que le renforcement des capacités des PME, des administrations et des autres acteurs locaux. Chaque commune ciblée bénéficiera de 30 projets dans ces domaines. Les critères d’éligibilité des ces projets sont notamment : leur impact social et économique, leur capacité à créer des emplois pour la population, l’implication des artisans locaux dans la réalisation des travaux, le renforcement des structures existantes ou la création des effets en faveur de la promotion de la paix sociale entre les autochtones et les allochtones.

En présidant la cérémonie de signatures des trois conventions de financement du PRODESV, le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Alamine Ousmane Mey, a précisé que cette opération rentre en droite ligne de la politique de décentralisation prônée par Chef de l’Etat, qui fait des collectivités territoriales décentralisées le socle du développement inclusif et durable. Par la même occasion, L’ambassadeur, chef de Délégation de l’Union européenne, Hans-Peter SCHADEK, a indiqué que l’appui au développement local fait partie des priorités du nouveau Consensus européen de développement adopté en 2017. A travers le PRODESV, son institution souhaite ainsi élargir et renforcer son soutien au processus de décentralisation et du développement local. Avec la signature de ce Programme, le montant cumulé des actions actuellement engagées au profit direct des communes s’élève à environ 40 milliards de FCFA.