Les administrations publiques à l’école de l’élaboration des CDMT

Le MINEPAT a organisé le 03 mai 2018 à Yaoundé, en synergie avec le MINFI, l’atelier de lancement des activités d’élaboration des CDMT 2019-2021.

En tant qu’instrument par excellence de planification et de programmation des dépenses, le Cadre de Dépenses à Moyen Terme (CDMT) sert d’élément de base aux conférences budgétaires. Il permet de mieux planifier et de gérer efficacement les ressources, dans le cadre d’un exercice budgétaire et dans une perspective à moyen-terme. 

Seulement, depuis l’introduction de cet outil budgétaire au Cameroun, consécutive à l’avènement de la budgétisation par programme, son élaboration souffre de nombreuses insuffisances. Pour l’essentiel, il s’agit de la non-maturation des projets proposés par les administrations, du non-respect du calendrier budgétaire par certains ministères, de l’inscription des activités relevant en principe du fonctionnement dans l’investissement (fonctionnement masqué) et de la pertinence approximative des activités inscrites dans les tableaux de programmation, etc. 

C’est fort de ces faiblesses dans la production des CDMT que de nouvelles orientations ont été données aux acteurs du processus de préparation du budget de l’Etat, le 08 mai 2018 à Yaoundé, par les responsables des Ministères de l’Economie et des Finances. Cette rencontre qui s’inscrivait en droite ligne des directives de la circulaire du 14 août 2014 relative à la préparation des CDMT, avait pour objectif, selon le directeur général de l’Economie et de la Programmation des Investissements Public, d’accompagner chaque administration dans l’atteinte efficace de ses objectifs stratégiques. Isaac TAMBA a d’ailleurs apporté des précisions sur ce qui se fera pour garantir une bonne élaboration des CDMT 2019-2021. Ainsi, s’agissant de la gestion de la banque des projets, l’inscription de tout projet dans ladite banque constitue le point de départ du processus d’inscription dans le budget 2019. Au sujet de la maturation des projets, seuls les projets bénéficiant d’un « visa de maturité » pourront faire l’objet d’une inscription dans le CDMT et budget de l’Etat, a-t-il indiqué. Par ailleurs, une attention particulière sera également accordée à l’amélioration de la pertinence des activités. L’enjeu ultime étant d’assurer une meilleure gestion des finances publiques.