Logone et Chari : 21,3 milliards pour lutter contre la pauvreté

C’est l’objectif de la deuxième phase du Projet de Développement Rural Intégré Chari Logone (PDRI-CL II) lancé par le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Alamine Ousmane Mey, le 04 octobre 2018 à Kousseri.

Fruit de la coopération entre le Cameroun et la Banque Islamique de Développement, le Projet de Développement Rural Intégré Chari Logone phase II, intervient après l’exécution d’une première phase (2010-2015) jugée satisfaisante entre les deux parties. Il vise à pérenniser les acquis et à renforcer les systèmes de production et de transformation des produits agro-pastoraux et halieutiques dans le département du Logone et Chari. Comme lors de la première phase, un accent particulier sera mis sur le développement des infrastructures rurales, de l’agriculture et de l’élevage. Ainsi, durant les trois années de sa mise en œuvre (2019-2021), 450 km de routes seront réalisés. Il est aussi prévu les aménagements de proximité dans les bas-fonds de 1 450 ha pour les activités agricole, halieutique et l’abreuvement du bétail. A noter également, la mise en place des « agribusiness centers », la mise à disposition de l’argent liquide aux groupements de femmes et de jeunes pour booster leurs activités, etc. A terme, toutes ces actions ont pour but d’améliorer les conditions de vie et les revenus des populations du département du Logone et Chari victimes de la secte islamiste boko haram, qui a sévi pendant plus de trois ans dans cette partie du Cameroun. 

Pour le Minepat, qui a salué la riche coopération entre la BID et le Cameroun, « ce projet va certainement changer la physionomie, transformer le département du Logone et Chari en un vaste chantier et va permettre que l’espoir qui a toujours existé puisse être consolidé et que le Cameroun tout entier puisse atteindre l’émergence à l’horizon 2035 ». Alamine Ousmane Mey a, par ailleurs, souligné que ce projet vient compléter les autres actions déjà engagées ou projetées dans le Logone et Chari, notamment les aménagements hydro-agricoles de près de 20 000 ha dans le cadre du Plan d’Urgence Triennal pour l’accélération de la croissance, le renforcement de l’hydraulicité du fleuve EL Beid, les travaux de réhabilitation de la route Mora-Dabanga-Kousseri et la sauvegarde du bassin du Lac Tchad. Au moment où le projet entre dans sa deuxième phase, les populations saluent, quant à eux, des réalisations effectuées lors de la première phase.

PDRI-CL I : un succès

D’emblée, il faut dire que c’est la réussite de la première phase qui a amené l’Etat et son partenaire la BID à s’engager dans la deuxième phase. Parmi les réalisations de cette première phase, figurent en bonne place la construction des infrastructures socio-économiques de base telles que les salles de classe, les centres de santé, les forages, les ponts, les aires d’abattage, les parcs à vaccination du bétail, la construction d’un quai d’embarquement et d’un marché de poisson à Blangoua, la construction et l’équipement d’un abattoir moderne à Kousseri. Dans le domaine hydr-agricole, il y a eu la construction du barrage-écluse sur le fleuve Chouara à Blangoua pour la sécurisation de 7 000 ha environ pour la culture du maïs, l’appui financiers à plus de 600 groupements de producteurs, la formation dans le domaine agricole et halieutiques, etc.