Projet d’Appui à la Résilience Economique : Des résultats satisfaisants                                                             

Projet d’Appui à la Résilience Economique : Des résultats satisfaisants                                                             

C’est ce qui ressort de la réunion du comité ad hoc de pilotage de fin de phase du PAREC qui s’est tenue le 28 juin 2022 à Yaoundé, sous la présidence du Secrétaire Général du Ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Jean Tchoffo.

 

Au cours des travaux du Comité ad hoc de pilotage, les membres se sont d’avantage penchés sur l’évaluation des résultats atteints jusqu’ici et l’examen des perspectives du projet en alignement avec le nouveau cadre stratégique de coopération avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Dans son discours d’ouverture, le Secrétaire Général du Ministère de l’Economie, Président du Comité ad hoc de pilotage du PAREC, Jean Tchoffo, s’est félicité des résultats forts élogieux atteints par le projet au terme de trois années de mise en œuvre. Il a relevé que les appuis du PAREC ont contribué à  l’amélioration de l’insertion socioéconomique des jeunes et des femmes ; à l’amélioration des rendements et des revenus des organisations des producteurs; à la transformation digitale des institutions financières locales favorisant un meilleur accès des jeunes et des femmes à des services et produits financiers adaptés à leurs besoins et au développement d’un système d’information sur les marchés baptisés Cameroon Market Information System (CAMIS), outil stratégique de prévention et de gestion des chocs affectant les produits de grande consommation.

De la présentation du rapport exécutif faite par le Directeur National du PAREC, Alain Otsomoti Mbida, le bilan global indique entre autre que : 20 Bureaux d’Emplois Municipaux (BEM) ont été mis en place pour promouvoir l’insertion socio-économique d’environ 4300 jeunes hommes et femmes en auto emploi ; 07 chaines de valeur agricoles (manioc, haricots, oignon, riz, arachide, niébé et maïs) ont été renforcées dans 17 communes et 125 groupes et associations organisées autour de ces filières ont bénéficié d’appuis. Ces appuis ont par exemple permis d’assurer la résilience et le renforcement des moyens de subsistance de la communauté de Garga Sarali dans la région de l’Est, où plus de 8000 personnes dont 3500 réfugiés ont bénéficié des machines et équipements de soutien mis à disposition par le PAREC.  Sur le plan de la promotion de l’inclusion financière, les appuis du projet ont contribué à l’amélioration significative de l’écosystème digital de 08 établissements de microfinance, à la mise en place d’un Core Banking System mutualisé permettant d’améliorer l’offre des produits et services financiers adaptés aux besoins des populations à faibles revenus.

Ces résultats ont été possibles grâce à l’accompagnement du PNUD, qui ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Pour le Représentant résident adjoint, Alassane Ba, le PNUD « envisage de poursuivre et de renforcer sa coopération en se fondant sur le nouveau cadre de coopération Cameroun-PNUD basé sur le CPD 2022-2026 », qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Développement 2020-2030 (SND30). Le PAREC devra donc s’aligner à l’approche par portefeuille du nouveau CPD du PNUD qui « vise notamment une plus grande cohérence et une plus grande synergie d’action entre les projets et divers partenaire en vue d’atteindre des résultats globaux plus significatifs», a-t-il souligné.

En rappel, le Projet d’Appui à la Résilience Economique qui se fonde sur les acquis du Sous-Programme de Réduction de la Pauvreté à la Base phase II (SPRPB II), a été mis en place en 2018 par le gouvernement du Cameroun et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Financé par le PNUD à hauteur de 4 801 997 USD soit environ 3 milliards de FCFA, le PAREC a pour but de contribuer à réduire la pauvreté et les inégalités à travers l’amélioration de l’accès des populations vulnérables, en particulier les jeunes et les femmes, aux opportunités d’emplois en vue de renforcer la résilience économique dans 20 communes d’intervention.  Il s’agit notamment des communes de Kousseri, Mokolo, Mora, Touloum, Moulvoudaye, Maga, Wina et Logone Birni dans la région de l’Extrême-Nord, Pitoa, Lagdo, Bibemi, Garoua 1er et Tcholiré au Nord, Ngan’Ha, Dir et Nyambaka dans l’Adamaoua ; Doumé, Garoua Boulaï et Ngoura dans la région de l’Est.

Previous Santé de la reproduction : Le Cameroun et l’UNFPA conjuguent leurs efforts pour endiguer les grossesses non intentionnelles

Suivez-nous via :

VG77+FHR, Administration gouvernementale à Yaoundé

Heure d'ouverture:

Lundi – Vendredi: 7h30 – 15h30

Les nouvelles du MINEPAT

Les nouvelles, les articles et les ressources du MINEPAT, envoyés directement dans votre boîte de réception chaque mois.

Minepat © 2022. Tous droits réservés

Education Template